diabete gestationnel

Tout savoir sur le diabète gestationnel

Le diabète de grossesse, ou diabète gestationnel, est une intolérance aux glucides : une femme enceinte peut avoir des difficultés à réguler son taux de sucre dans le sang, ce qui peut conduire un excès de sucre (ou hyperglycémie chronique).
Il peut survenir chez la femme enceinte vers la fin du 2e trimestre. C’est pourquoi votre médecin prescrit généralement un dépistage à faire précisément entre la 24e et la 28e semaine d’aménorrhée, pour le diagnostiquer. Il peut durer le temps de la grossesse ou s’expliquer par un diabète antérieur.
D’où vient ce diabète et quels en sont les symptômes ? Quels sont les risques réels pour la maman et le bébé ? Et une maman peut-elle allaiter si elle a souffert de diabète ? On vous dit tout sur le diabète gestationnel.

1. Pourquoi la femme enceinte peut-elle souffrir de diabète gestationnel ?

Pourquoi la femme enceinte est-elle particulièrement sujette au diabète pendant la grossesse ? Tout simplement parce que la grossesse est par nature diabétogène ! Physiologiquement, pendant cette période, la femme enceinte se retrouve dans un état d’insulino-résistance, qui va s’intensifier petit à petit durant la grossesse. C’est pourquoi, toute femme enceinte fait normalement l’objet d’un contrôle du diabète gestationnel, même si elle n’a aucun antécédent ou symptômes.

2. Comment reconnaître les symptômes du diabète gestationnel ?

Le diabète gestationnel peut passer complètement inaperçu ! C’est un dérèglement hormonal parfois inévitable. C’est pourquoi une future maman qui n’est ni obèse, ni en surpoids et avec une bonne hygiène de vie pourra malgré tout en souffrir.
Mais le diabète de grossesse peut aussi provoquer des symptômes typiques : une soif intense, des urines fréquentes et abondantes ou encore une grande fatigue. Bien sûr quand on est enceinte, difficile de faire la part entre les symptômes d’une maladie chronique et son état normal ! C’est pour cela qu’il est important de faire un dépistage si votre gynécologue ou votre médecin le prescrit. D’ailleurs depuis 2010, en France, les diabétologues et gynécologues ont établi des critères pour cibler les femmes enceintes à risque (ayant par exemple des antécédents familiaux de diabète de type 2, une grossesse tardive après 35 ans, du surpoids, etc..).

3. Les risques pour la maman et le bébé

Le diabète gestationnel doit être surveillé et traité car il provoque des risques pour la maman comme pour le bébé. Pendant la grossesse, l’excès de sucre dans le sang de la maman est transmis au foetus, qui va ensuite stocker ces graisses, notamment au niveau du coeur. Le bébé risque de grossir anormalement ce qui rendra l’accouchement difficile. Et bien souvent, les mamans qui n’auront pas pu stabiliser leur diabète, accoucheront par césarienne.

Risques pour la maman :

  • Infection urinaire
  • Hypertension et prééclampsie
  • Accouchement prématuré
  • Accouchement par césarienne
  • Être atteinte de diabète de type 2 après la grossesse

Risques pour le bébé :

  • Poids dépassant 4 kg à la naissance (macrosomie). Concerne près de 25 % des bébés nés de mère ayant un diabète gestationnel
  • Hypoglycémie néonatale
  • Jaunisse du nouveau-né très forte
  • Syndrome de détresse respiratoire
  • Être atteint de diabète de type 2
  • Hypoglycémie néonatale
  • Risque de développer plus tard un diabète de type 2

4. Les traitements du diabète gestationnel

Une femme enceinte souffrant de diabète gestationnel devra faire de l’autosurveillance glycémique, 4 à 6 fois par jour. L’idée est de vérifier que sa glycémie reste à un taux acceptable, soit inférieur ou égal à 0.95g/L à jeun et inférieur à 1,20g/L deux heures après le début du repas.
Elle devra aussi surveiller son alimentation et sûrement suivre un régime alimentaire adapté, avec l’aide d’un nutritionniste.
Pour la future maman qui, malgré toutes ces mesures, n’arrivera pas à maintenir son équilibre glycémique, devra suivre un traitement par insuline.

Le Saviez Vous ?

Si son médecin l’y autorise, la future maman atteinte de diabète pourra s’adonner au sport ! Et oui, l’activité physique est en effet très bonne quand on est enceinte et même dans le cas d’un diabète gestationnel temporaire ou d’une grossesse avec un diabète.

Et après l’accouchement ?

Dans 90 % des cas, le diabète gestationnel disparaît dans les quelques semaines suivant l’accouchement. D’ailleurs, les mamans qui ont souffert de diabète gestationnel et qui retrouvent leur poids normal après l’accouchement réduisent de moitié leur risque d’avoir un diabète de type 2.

Alors si vous avez souffert de diabète gestationnel, pourrez vous quand même allaiter votre bébé ? Bien sûr, pas de crainte à avoir ! Vous pouvez parfaitement allaiter votre enfant ! D’ailleurs, des études ont montré que parmi les nombreux bénéfices de l’allaitement maternel, figurait la prévention du diabète chez l’enfant.

Liens utiles

– Association Française des Femmes Diabétiques (AFFD)

– Dépistage et diagnostic : Impact Médecine N° 367- 16 juin 2011 article “Face au diabète gestationnel, dépister ciblé” http://www.sfdiabete.org/sites/sfd.prod/files/files/ressources/mmm_2011_diab_gestationnel.pdf

Articles liés

Réponses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *