neophobies alimentaires

6 astuces pour en finir avec les néophobies alimentaires, et autres crises de nerf devant un haricot vert…

Depuis que vous êtes maman, vous avez toujours mis un point d’honneur à cuisiner maison / bio / local / à votre bébé. C’était votre plus grande fierté de dire à qui voulait l’entendre « il a-dore les salsifis et les pois-cassés ! »
Oui mais voilà : depuis quelques mois, chaque assiette se prend un refus catégorique à base de « j’aime pas ça ! » et autres recrachages-en-spray-de-purée-de-brocolis
Vos talents culinaires se sont-ils effondrés pendant la nuit ?
Rassurez-vous : il est simplement possible que comme 3/4 des enfants âgés de 2 à 10 ans, votre bébé souffre de néophobies alimentaires.

Derrière ce gros mot qui fait peur se cache, rassurez-vous, un phénomène complètement normal, relié principalement à la période d’opposition de votre tout-petit.

Alors que faire ? Pour ne pas succomber au chantage, menaces ou négociations sans fin, voici 6 astuces bienveillantes pour lui faire redécouvrir le plaisir de manger de tout !

1. La familiarisation

Lorsque l’enfant ne connait pas un aliment, celui-ci suscite de la méfiance. Donc, n’hésitez pas à présenter plusieurs fois un aliment, même s’il a refusé de le manger la première fois. Soyez patient, et ne le forcez jamais. Jusque cinq expositions sont parfois nécessaires avant de vaincre les néophobies alimentaires.

2. Évitez les (trop grands) changements

Présenter les aliments sous la même forme permet aux enfants de se familiariser avec eux et d’avoir des points de repère. Car s’il n’est pas préparé selon la même recette que la fois passée, il sera perçu comme un nouveau produit (et on repart pour 5 expositions minimum pour le faire accepter…)

3. Travaillez sur le cadre

En faisant des repas un moment chaleureux et non-conflictuel, il sera plus facile d’inciter l’enfant à goûter aux plats et à les lui faire apprécier.

4. Montrez l’exemple

Chipez une tomate cerise dans son assiette et mangez-la devant lui ! La consommation de nouveaux aliments par des personnes familières permettra à votre enfant de se rassurer.

5. Faire participer

L’enfant à la préparation du repas : offrez lui de petits couverts à bout rond et faites lui découper les aliments, en lui proposant – pourquoi pas – de goûter les aliments en cours de préparation.

6. Félicitez-le pour ses efforts

Qu’il ait simplement goûté ou fini son assiette, montrez-lui à quel point vous êtes fier(e) de lui !
Il sera ainsi davantage motivé à renouveler l’expérience et à goûter de nouvelles recettes !

Rappelez vous que tous les enfants ont besoin de se créer des repères et de stabiliser leur univers, alimentation comprise. C’est souvent la bienveillance et l’accompagnement des parents qui triomphe des petites phases d’opposition, alors pas de panique… armez-vous de patience, et tout rentrera vite dans l’ordre !

A ne pas rater

Sainesstylées et traçables fabriquées en France
en toute transparence. Nouveaux imprimés disponibles !
Abonnement 100% flexible et personnalisable. 

Related Articles

A ne pas rater

Sainesstylées et traçables fabriquées en France
en toute transparence. Nouveaux imprimés disponibles !
Abonnement 100% flexible et personnalisable.