danger huile d'amande douce bébé

Apprenez à décrypter les étiquettes dans la cosmétique bébé, et dire non aux produits toxiques

En 2016, l’UFC-Que Choisir a publié une liste de près de 400 produits cosmétiques contenant un ou plusieurs ingrédients indésirables. Une liste qui a presque doublé en trois ans !
Aujourd’hui, les consommateurs sont de plus en plus attentifs aux étiquettes et tentent tant bien que mal de les décrypter, avec des appli comme Yuka ou INCI Beauty. Comment reconnaître les substances à éviter et choisir sa cosmétique bébé en pleine conscience ? 

Sarah, ingénieur conception et développement chez JOONE, nous explique tout.

Alerte sur l’huile d’amande douce et autres allergènes

En Belgique, une étude réalisée à l’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola chez des enfants allergiques a montré que les fruits à coque font partie des allergènes les plus fréquents. Cette allergie atteint actuellement 4 à 6% chez les enfants en France.
De même, elle a démontré que l’application de l’amande douce au niveau cutané pourrait jouer un rôle dans le développement de l’allergie. Il semblerait aussi que les allergènes de l’amande soient responsables de réactions croisées entre l’amande et les autres fruits à coque.

  • Pour les enfants de moins de 1 an éviter les produits avec des fruits à coque qui peuvent provoquer des allergies. Notamment les noix, amandes, noisettes. Cela vaut aussi pour l’huile d’amande douce , que l’on retrouve pourtant dans de nombreux produits pour bébés !
  • Eviter également pour les enfants de moins de 3 ans les huiles essentiels à base de camphre, menthol, eucalyptus et terpènes.

La liste noire des produits à éviter dans la cosmétique pour bébé

Parmi les 11 substances ou familles de substances indésirables préoccupantes  recherchées dans les rayons des produits cosmétiques pour arriver à cette liste de de 400 produits les plus connus sont les perturbateurs endocriniens. Ils peuvent interférer avec « la production, la sécrétion, le transport, le métabolisme, la liaison, l’action ou l’élimination des hormones naturelles ».

Vigilance également avec le BHA, BHT, phtalates et dioxines. Certaines substances sont aussi fortement allergènes, c’est le cas de certains conservateurs comme : le phénoxyéthanol, methylisothiazolinone (MIT) et la methylchloroisothiazolinone (MCIT) qui se révèlent inquiétants, à tel point que ces conservateurs viennent d’être interdits dans les produits non rincés.
L’UFC-Que Choisir a également publié une liste de 26 allergènes particulièrement déconseillés chez les tout-petits.

– Alpha-Isomethyl ionone
– Amyl cinnamal
– Amylcinnamyl alcohol
– Anise alcohol
– Benzyl alcohol
– Benzyl benzoate
– Benzyl cinnamate
– Benzyl salicylate
– Cinnamal
– Cinnamyl alcohol
– Citral
– Citronellol
– Coumarin
– Eugenol
– Evernia furfuracea extract
– Evernia prunastri extract
– Farnesol
– Geraniol
– Hexyl cinnamal
– Hydroxycitronellal
– Hydroxyisohexyl 3-Cyclohexene carboxaldehyde
– Isoeugenol
– Limonene
– Linalool
– Majantol
– Methyl 2-Octynoate

Nos astuces pour lire une étiquette de produit cosmétique

  • Les composants sont listés dans l’ordre de présence dans le produit, par exemple si le premier produit est l’eau alors la quantité d’eau est la plus importante.
  • Faire attention à ne pas acheter un lait hydratant ou de soin dont l’alcool est en première ou deuxième position dans la liste d’ingrédient.
    L’alcool assèche la peau et peut être désagréable en cas de peau sensible ou irritée (on les reconnaît car l’alcool et ses dérivés finissent tous par –ol)
  • Pour les peaux sensible voire atopique : toujours éviter les produits de soins et d’hygiène avec alcool et parfum. Privilégier les corps gras qui hydrate intensément la peau.
  • Pour les produits lavants, faire attention aux tensioactifs (les agents lavants/détergent) : éviter le SLS (sodium lauryl sulfate) qui peut être irritant.

Articles liés