sommeil bébé

Paroles d’expert : les astuces pour
coucher son bébé en restant zen

Inscrivez-vous pour créer votre liste de favoris
Le 06 Déc 2019

On aimerait tous avoir LA solution miracle pour que le coucher du bébé (et surtout le sommeil !) soit facile tous les jours. Mais comme tous les bébés sont différents, il n’existe pas de recette magique. Pas de panique : il existe quand même un certain nombre de solutions pour que ce moment soit (un peu) plus serein, pour les parents et pour le bébé ! 
Alors comment devenir le pro du coucher et du sommeil de son bébé ? Marie Juglaret, notre puéricultrice référente, nous donne quelques pistes… 

Les règles de sécurité pour le sommeil du bébé

Il existe quelques règles fondamentales à respecter afin de garantir un sommeil sécurisé et sécurisant pour votre bébé :

  • La température de la chambre :
    Elle doit idéalement se situer entre 18° et 20°. De même, la chambre devrait régulièrement être aérée ( Et on évite autant que possible le tabagisme passif). 

Astuces

Lorsqu’il fait trop chaud et que vous avez du mal à faire descendre la température dans la chambre de votre bébé, vous pouvez l’habiller avec un simple T-shirt en coton. Il laissera passer l’air plus facilement qu’un body, et aidera votre bébé à rester au frais. 
Vous pouvez également recouvrir les fenêtres d’un drap mouillé qui rafraichira l’air ambiant.
Si c’est possible, vous pouvez rabaisser le lit de l’enfant, car l’air chaud monte dans les pièces et l’air frais reste près du sol.

  • Rien ne doit entraver la respiration de votre bébé : évitez les cales-bébés, les bonnets, les couvertures, les tours de lit, les animaux de compagnie…
  • Le coucher sur le dos : la position recommandée par les autorités de santé, et donc la plus adaptée pour une sieste et une nuit sereine. Coucher un enfant sur le dos évite les risques de mort subite du nourrisson.
  • Si le bébé partage la chambre : il est possible de coucher le bébé avec soi mais dans ce cas, l’idéal est de le faire dormir dans un lit spécial cododo, qui se place à proximité directe des parents.
    Pour des raisons de sécurité, l’enfant ne doit pas dormir entre ses deux parents.
  • Bien choisir son matelas : Le matelas bébé recommandé doit avoir une densité de 20 à 22 kg/m3 et une épaisseur de 12 à 15 cm. L’idéal est de le choisir dans des matières saines, labellisé Oekotex par exemple. Pensez bien à le changer tous les 4 ans environ ! 

Le sommeil de bébé : une structure en plein développement...

Le sommeil se construit petit à petit chez l’enfant.
Lorsqu’il naît, le bébé a besoin passe par une phase d’apprentissage du sommeil, dans lequel ses parents peuvent l’accompagner. C’est d’ailleurs pour cela que chaque bébé est unique face au sommeil, car comme pour tout, chaque enfant apprend à son rythme. 

Comment se construit la structure du sommeil de l’enfant ? Marie nous explique :

  • Entre 0 et 3-6 mois, le cycle de sommeil dure environ 1h et se compose comme suit : une phase d’endormissement (de 5 à 10 min) + une phase de sommeil agité (de 20 à 30 min) + une phase de sommeil calme (de 20 à 30 min).

    Si votre enfant ne fait que de toutes petites siestes, c’est qu’il n’arrive pas encore à enchaîner ces différents cycles. Dans ce cas, n’hésitez pas à l’aider à se rendormir dès qu’il se réveille, et à ne pas le lever tout de suite.
    A l’inverse, si tout petit votre bébé dort 3h d’affilée, c’est qu’il les enchaîne bien. Mais tout dépend de chaque enfant : c’est une phase en pleine construction, chacun son rythme ! 
  • Entre 6 et 9 mois le cycle se rallonge et peut durer environ 1h30. La phase d’endormissement dure entre 10 et 15 minutes. Il s’en suit une phase de sommeil agité puis une phase de sommeil lent et profond.
    A cet âge là, les bébés commencent à enchaîner un peu plus les phases, mais toujours chacun à son rythme.

  • Entre 9 mois et 3 ans les cycles s’allongent toujours. La phase d’endormissement dure encore de 10 à 15 minutes mais est suivie directement d’une phase de sommeil lent et profond. La phase de sommeil agité n’intervient qu’en fin de cycle ce qui permet des enchaînements plus faciles pour les enfants. 

A mesure que l’enfant grandit, son sommeil est de meilleur qualité, plus construit et moins fractionné. C’est juste une question de temps et d’habitude, et c’est normal si aucun n’enfant n’est pareil !

L’importance des repères dans le sommeil du bébé : 

Il est conseillé d’introduire des repères dans les journées du bébé afin de l’aider à trouver un rythme. Voici quelques exemples de repères conseillés par Marie : 

  • Les temps de soin :
    Pour certains enfants, prendre un bain est très apaisant. Dans ce cas il peut être intéressant de faire prendre un bain de soir, juste avant de le coucher. A l’inverse, pour les bébés que ça éveille, il vaut mieux leur faire prendre un bain le matin. Ce sont les parents directement qui peuvent le constater et adapter l’heure du bain en fonction.
  • Les temps d’alimentation :
    Il est important de créer des repères avec les biberons / le sein. Par exemple, vous pouvez donner le dernier repas dans sa chambre et ainsi créer un repère “bain – tété – lit” qui l’aidera à s’endormir les jours suivants.  
  • Les moments à deux :
    Vous pouvez lui faire un câlin, le bercer en écharpe ou dans les bras juste avant de le coucher. 
  • L’environnement :
    Certains enfants sont sensibles à la musique douce. Vous pouvez essayer de lui mettre la même musique chaque soir en le mettant au lit.

  • Les sorties :
    Vous pouvez créer des routines de sorties lorsque le bébé a un peu grandi. Cela crée aussi des repères efficaces : tété – sortie – sieste.

Pour trouver ce qui fonctionne le mieux et pouvoir poser des repères efficaces, il suffit souvent d’observer son enfant. Chaque parent connaît son bébé et sait repérer ce qui le détend, l’apaise… afin de mettre en place des solutions facilitant le moment du coucher. On peut par exemple faciliter le sommeil du bébé à l’aide d’objets transitionnels : un doudous, une tétine,  des objets… 

Apprendre à repérer les signes de fatigue

Il existe des signes de fatigue qui ne trompent pas et qui permettent de déterminer lorsque son bébé commence à fatiguer. Car lorsqu’il commence à pleurer, c’est qu’il est déjà trop tard pour le coucher sereinement… 

L’idéal est de coucher son enfant dès les premiers signes de fatigue. Lorsqu’il arrête de jouer, qu’il semble se figer, qu’il a un peu le regard dans le vague… De même, quand il commence à se frotter les yeux, à bailler, à demander le sein ou la tétine, c’est certainement que votre bébé a besoin d’être mis au lit !

Mais chaque enfant à aussi ses propres signes que les parents peuvent apprendre à décrypter.

Pour finir, Marie Juglaret indique que :

Vous pouvez utiliser un carnet pour répertorier le déroulé du coucher, afin de prendre du recul et de suivre l’évolution efficacement. Cela permet de mieux comprendre le sommeil de son enfant, sans se laisser submerger par l’émotionnel… et sa propre fatigue !

Vous aimerez peut-être ...