BABI

Témoignage : mon fils est un Bébé aux Besoins Intenses (BABI)

Inscrivez-vous pour créer votre liste de favoris
Le 29 Jan 2020

Les BABI – Bébés Aux Besoins Intenses – sont des enfants qui ont en permanence besoin de contact physique. Entre pleurs, difficultés à se calmer « tout seuls » et à prendre de l’autonomie, les BABI ne laissent pas / peu de répit à leurs parents. Nous avons recueilli le témoignage de Caroline, maman d’un petit garçon BABI.

« Avant que j’accouche de mon fils, je pensais que ma vie de maman serait un long fleuve tranquille, bercée de calme, de tendresse et de bienveillance. Il est vrai que ça avait déjà mal commencé : mon accouchement a été un vrai chaos, et les suites de couches plus que compliquées… aussi bien pour mon bébé que pour moi ! Les forceps lui avaient laissé un vilain torticolis, un sacré RGO (Reflux Gastro Oesophagien) et quelques coliques du nourrisson. La totale !

Mon fils ne faisait que pleurer. Du matin au soir, du soir au matin. J’étais exténuée, sans sommeil depuis des siècles, et devais garder Henri en écharpe 24/7. Je me disais que ça allait se tasser au bout de quelques jours, quelques semaines tout au plus… Finalement, après les séances de kiné et d’ostéo, son torticolis et son RGO se sont résorbés… mais pas les pleurs !”

Apprendre à vivre avec un BABI

Comme beaucoup de parent, la séparation au moment d’aller au lit était un moment particulièrement… Caroline raconte :

“Les moments les plus compliqués, étaient le coucher… et le sommeil de manière générale. Que ce soit pour la sieste ou pour la nuit, l’heure d’aller au lit était synonyme de pleurs. La première fois qu’il a fait sa nuit, il avait 16 mois… Jusque là, il se réveillait jusqu’à 4 fois par nuit et ne s’endormait que dans mes bras.
Plus tard, il a même commencé à s’auto mutiler en se claquant la tête sur le parquet pour manifester son mécontentement en plus des pleurs.
L’épuisement allait de paire avec la culpabilisation et les remarques de mon entourage : « Est-ce que c’est lui ou toi qui refuses la séparation ? » « laisse-le pleurer ! » « Essaie la méthode 5-10-15 pour lui apprendre à s’endormir »
Et puis un jour, épuisée par les pleurs, j’ai pris la décision de le laisser pleurer dans son lit… Il a tellement hurlé qu’il a failli se noyer dans ses propres régurgitations. J’ai eu la peur de ma vie et, depuis ce jour, je ne l’ai plus jamais laissé s’endormir sans surveillance… Et en fait ça se passe beaucoup mieux comme ça !”

Le quotidien avec un Bébé Aux Besoins Intenses

“Vivre avec un Bébé Aux Besoins Intenses, c’est beaucoup d’écoute, d’observation et d’attention. C’est être constamment dans l’apaisement, dans l’anticipation et dans l’accompagnement. Et ça, j’en ai surtout pris conscience à l’arrivée de mon 2ème enfant – qui lui avait des besoins plus « conventionnels ». Pour autant, j’aime profondément mon enfant. Son hypersensibilité et son besoin d’attachement ont créé un lien particulièrement fusionnel entre nous. Alors c’est vrai que c’est beaucoup d’énergie, mais tellement d’amour au quotidien !”

Aujourd’hui, on fait aussi suivre notre enfant par un pédopsychiatre qui l’aide au delà de ce que nous pouvons faire en tant que parents. Je pense que l’intervention d’un professionnel nous a beaucoup aidés et déculpabilisés, nous ses parents. Son entrée à l’école lui a aussi beaucoup appris à gérer ses émotions et à « rentrer dans le moule » comme on peut l’entendre. Pour autant, il a gardé une grande sensibilité et un besoin d’attention bien à lui ! Mais comme c’est ce qui le définit, on ne voit rien de mal à ça. L’important est d’aimer ses enfants pour ce qu’ils sont, et non pour ce qu’on voudrait qu’ils soient.

Vous aimerez peut-être ...