Au secours, il ne veut plus dormir dans son lit !

A 2 ans, il ne veut plus dormir dans son lit. Lola, une des mamans de la communauté n’est pas la seule à écrire à la team JOONE pour parler de ce souci. Si vous saviez comme nous sommes nombreux à galérer. Au secours, mon enfant refuse de dormir dans son lit : on vous aide à reprendre le dessus sur vos mini rebelles.  

“Voilà notre nouvelle routine du coucher : après plusieurs heures de négo pour qu’il aille s’endormir dans son lit (et une série d’aller retour chambre-salon), il s’endort enfin dans son lit à lui. Mais en vrai, à ce moment-là, on a arrêté de crier victoire avec mon mari… Parce que depuis quelques mois, quand arrivent les 1 ou 2h du matin, on sent un mini pachyderme escalader notre lit d’un pas lourd, et se glisser entre nous deux après quelques coups de genoux en plein estomac. “Zé fait un caussemard”, dit-il à chaque fois…”

Lola

Il ne veut plus dormir dans son lit : pourquoi ?

Y a-t-il eu un changement depuis peu à la maison ? Un changement extérieur ou interne à votre vie de famille ? Si ce n’est pas le cas peut-être : 

  • A-t-il fait un cauchemar et depuis a peur de s’endormir dans son lit ?
  • Fait-il des terreurs nocturnes ?
  • Est-il malade actuellement (les poussées dentaires peuvent créer de grosses douleurs) ?
  • Les journées sont-elles chargées pour votre enfant (ce qui peut créer de l’énervement) ?

Posez-vous toutes les questions liées à votre quotidien, même les plus banales car il n’y a pas de questions bêtes. Cela vous permet d’orienter vos réflexions dans le bon sens et peut-être de trouver la réponse. Vous aurez sûrement des pistes à explorer avec votre pédiatre si vous avez besoin de conseils.

Des solutions bien pensées pour parents au bout du rouleau 

Vous ne savez plus de quel stratagème user pour qu’il dorme dans son lit. Et vous avez même craqué et laissé doudou venir vous rejoindre dans votre lit. Et vous n’êtes pas la seule, c’est une certitude. Ne vous jetez pas la pierre. Mais avez-vous essayé ces solutions ? 

  • Rester avec lui quelques nuits pour l’aider à se réapproprier son environnement, sa pièce à lui,
  • Passer un peu de temps avec lui tous les soirs dans sa chambre en le rassurant jusqu’à qu’il rejoigne les bras de Morphée,
  • Choisir avec lui une veilleuse rigolote que vous laissez allumer la nuit,
  • Laissez la porte de sa chambre entrouverte et le rassurer en expliquant que vous êtes tout près de lui et que rien ne peut arriver,
  • Vous raconter vos journées, faire des blagues, parler d’un truc marrant pour qu’il se sente bien.

Les cauchemars le réveillent

Ramenez-le dans sa chambre et passez un peu de temps avec lui pour le réconforter. Vous pouvez rester jusqu’à ce qu’il s’endorme si vous sentez que la situation peut durer. 

Combien de temps pour qu’il réussisse à dormir dans sa chambre ?  

Cela dépend des enfants et de leur temps d’adaptation. Les choses peuvent prendre du temps pour se remettre en marche. Mais cela ne doit pas vous effrayer et vous faire dire que vous n’êtes pas capable de trouver les bonnes solutions. Il n’est pas évident de trouver la réponse du premier coup (ou si vous l’avez on est preneur, cela peut faire un carton dans le monde des parents en manque de sommeil). Et si la routine fonctionne enfin et qu’elle dérape de nouveau, pas d’inquiétude. Les jours ne se ressemblent pas et il est possible que des événements perturbent le rituel. Maladies, poussées dentaires, nouvelle maîtresse à l’école. Il en faut peu pour dérouter un jeune enfant. Pas de panique, une fois de plus parler avec lui. Cela lui fera le plus grand bien. Et une fois le changement digéré, les choses reprendront dans le bon sens.

La fatigue me dépasse

Toutes les tentatives de recouchage dans son lit ont fini en crises de nerfs nocturnes… et après des nuits et des nuits perdues, on a cédé. Voilà donc comment on s’est retrouvé à dormir à 3, presque la moitié du temps.. Avec ses coups de pieds dans les côtes, ses petits doigts dans nos yeux, le manque de place, mais surtout le manque d’intimité avec mon homme…”

Si vous sentez que vous n’arrivez pas à régler le souci vous-même, ce n’est pas grave. Les professionnels de l’enfance sont là pour vous aider, et il n’y a pas de honte à avoir. Pédiatre, psychologue, ils sont là pour vous épauler et chercher des solutions avec vous. En fonction de ce qu’il se passe la nuit, cauchemars à répétition , hurlements, un suivi peut être mis en place pour aider la famille à retrouver le sommeil . Surtout, ne refusez jamais une main tendue, les spécialistes de l’enfance sont là pour vous. Peut-être avez-vous d’ailleurs une PMI proche de chez vous ? Si votre enfant est gardé en crèche, savez que vous pouvez demander à rencontrer le ou la psychologue. Il peut tout à fait vous venir en aide et vous rencontrer pour en parler.

Sources :

enfant-encyclopedie.com

Ameli.fr

Articles liés