Mon enfant déteste le lait… par quoi le remplacer ?

Mon enfant rejette en bloc son bol de lait… par quoi le remplacer ?

Un verre de lait et c’est la grimace assurée. Votre enfant déteste le lait ? Dès 3 ans, il peut commencer à bouder cette boisson. Parfois pour la bonne et simple raison qu’il déteste vraiment cela. Devant cette boisson, pas la peine de lutter, il n’en prendra pas une gorgée. Un peu inquiet car le lait est une grande source calcium, vous vous demandez par quoi le remplacer. C’est notre diététicienne nutritionniste favorite, Anne Gauthier, qui vous répond.

Pas de lait dans l’alimentation = carence ?

Si le lait de vache est un lait nourrissant, il n’est pas indispensable. Si votre enfant déteste vraiment le lait pour son goût et qu’il ne fait pas d’allergie, laissez-lui le temps d’apprécier cette boisson. Ce n’est pas la peine d’insister s’il refuse. Essayez de l’inclure dans des préparations maison (purées, entremets, yaourts) et si cela reste compliqué, d’autres aliments peuvent combler les apports en calcium et en vitamine D que votre enfant doit inclure dans son assiette quotidienne. Vous pouvez aussi essayer le lait de brebis (moins fort en goût que le lait de chèvre, pour voir si ça passe…).

Quid des boissons végétales ? 

Les boissons végétales peuvent être consommées de temps en temps mais il faut bien les choisir. Celles enrichies en calcium, celles contenant moins de 7% de sucre, les bio, et sans aucun additif de synthèse (E machin chose). Il faut donc lire la composition avant d’acheter, et cela, quelle que soit la marque.

Même le lait de soja ? 

C’est une boisson polémique car le soja est riche en phytoestrogènes, substances végétales cousines des œstrogènes. Ils peuvent perturber l’équilibre hormonal des plus jeunes et réduire la fertilité. C’est surtout vrai pour les aliments riches en protéines de soja comme les steaks végétaux.

Les aliments riches en calcium : 

  • Persil frais, cresson,
  • Amandes, noisettes, noix du Brésil,
  • Haricot blanc,
  • Figue sèche,
  • Jaune d’œuf cru,
  • Cacao en poudre.

Pour les boissons à base de soja, la concentration est bien moindre. L’impact est faible. Mais attention car en cas d’allergie réelle aux protéines du lait de vache (différente de l’intolérance au lactose) il existe un risque d’allergie croisée. Une personne allergique au lait de vache est plus encline à devenir allergique au soja. Dans ce cas, aucun produit laitier ne conviendra puisque les protéines sont présentes dans les fromages et les yaourts.

Pour l’intolérance au lactose (qui est le sucre du lait) on pourra se diriger vers les laits d’amande, de riz, d’avoine,… naturellement sans lactose, et compter sur le calcium des fromages à pâte cuite (comme l’emmental) qui ne contiennent plus de lactose. Et trouver des laits et yaourts sans lactose dans le commerce.

Le lait sous toutes ses formes pour assurer les apports en calcium

Bouh au verre de lait, pas de souci… Vous pouvez essayer de lui offrir d’autres délicieuses sources de calcium sous des formes variées : 

Les aliments riches en vitamine D : 

  • Poissons gras,
  • Œufs de poisson, œufs de poule,
  • Margarines végétales,
  • Laits de croissance.

Yaourts, fromage blanc, petit-suisse, fromage affiné… Et si cela ne passe pas, soyez rusé. Tentez de mettre un peu de lait dans la soupe, la purée et les gratins de légumes.

Pour le dessert, vous pouvez cuisiner du riz au lait et lui proposer des smoothies de temps en temps au goûter (sans trop les sucrer). A consommer de temps en temps, et le préparer à la maison ou le choisir non sucrée (au rayon des jus de fruits réfrigérés). Le smoothie doit rester occasionnel. Pour un faire un bon smoothie vous pouvez mixer un fruit frais avec du lait (banane, poire, kiwi, ananas, fraises, mais aussi carottes, betterave ou potimarron cuit).

Votre enfant déteste le lait et si vraiment vous pensez qu’il peut développer des carences

Pensez à contacter une diététicienne nutritionniste ou un pédiatre pour discuter du contenu de ses assiettes et rectifier le tir. Ils sont experts et savent ce qu’il peut manquer à l’enfant pour bien grandir. N’ayez pas peur de demander de l’aide. Vous pourrez même profiter de leur savoir pour concocter de nouvelles recettes pour toute la famille et peut-être même les faire avec votre enfant. Car la cuisine permet bien des apprentissages et le développement de grandes capacités motrices et créatives. 

Articles liés