Diversification alimentaire... C'est quand le bon timing pour débuter ?

Mon bébé a 4 mois et demi et je n’ai toujours pas commencé la diversification alimentaire… C’est quand le bon timing pour débuter ?

Bébé commence à refuser son biberon, à être curieux quand vous mangez devant lui… Il est peut-être temps de commencer la diversification alimentaire ? Un nouveau monde et de nouvelles saveurs… Pas de panique, on vous guide pour l’accompagner. 

4 mois et demi, mais vous êtes dans les temps pour la diversification alimentaire !

Si la première alimentation de bébé est le lait (bébé allaité ou bébé nourri au biberon), et si cette alimentation couvre tous ces besoins nutritionnels au début, bébé grandit. Etpeu à peu, l’alimentation au lait ne va plus suffire pour couvrir tous besoins pour grandir et se développer. Mais quand sait-on que bébé a besoin de plus ?

Plusieurs critères entrent en compte. Car il ne faut pas raisonner avec l’âge. Oui, l’âge ! On a tendance dans notre société à penser tout d’abord à cela, à se comparer tout le temps avec d’autres parents : “quoi tu ne lui donnes toujours pas de purée ?” Il ne faut pas culpabiliser si vous n’avez pas débuter la diversification alimentaire à 4 mois. Même si l’OMS recommande de débuter la diversification à 6 mois, vous pouvez débuter à 4 mois, et cela si vous avez le ok de votre pédiatre. il ne faut pas se focaliser que sur les chiffres et l’âge de bébé.

Maintenant, il faut regarder comment se comporte votre enfant. Car oui, il y a évidemment les yeux que vous mettez sur lui. Votre bébé vous envoie des signaux. Ce n’est pas la peine de débuter tôt dès 4 mois si on ne respecte pas le développement de l’enfant. On va éviter de développer un sentiment d’échec chez le parent dès le début car c’est un apprentissage. Cela vient peu à peu. On apprend, on teste, on goûte, on découvre. Il fait respecter son développement sensoro-moteur (capacité de déglutition, de mastication). Si on répond à un besoin nutritionnel, il faut que l’enfant prenne un plaisir. Il découvre de nouvelles textures, il faut que l’enfant soit capable de les assimiler.

Ce qui va évoquer qu’il a envie de manger

Il va avoir un intérêt pour ce qu’il découvre dans votre assiette, il va peut-être mettre essayer d’attraper ce qu’il y a sur la table, et le porter à a sa bouche. C’est comme cela qu’il découvre le monde : il porte tout à sa bouche.

Pensez à regarder si bébé tente d’utiliser la position assise. Si il commence à faire des abdos pour se lever… Des fois cela peut paraitre tôt… Mais même si il n’y arrive pas tout de suite, il tente, il développe un intérêt pour la position, cela peut mettre la puce à l’oreille pour se savoir que oui, il va pouvoir commencer la diversification alimentaire.

On se lance ?

Si vous avez le go de votre pédiatre, si vous avez un intérêt de votre enfant, que la position assise n’est pas acquise mais qu’il arrive à s’assoir, c’est top. Vous pouvez commencer à éveiller votre enfant à la diversification alimentaire. Mais attention, avec des attentes modérées. Il ne va pas prendre direct la cuillère en entier, non, il ne faut pas penser que l’enfant va manger tout un plat. On va l’éveiller.

On va mettre un peu de nourriture sur le bord de la bouche de l’enfant, il va ouvrir la bouche, il va aller prendre avec la langue, pousser un peu pour voir, goûter, développer son intérêt. Cette nouvelle texture va éveiller ses papilles. Si vous voyez que cela lui a plu, on enchaine avec un peu plus de nourriture, au fur à et mesure des jours. Et vous conservez quand même votre alimentation qui est le lait car le faire goûter ne va pas le nourrir. Même si là, vous commencez un truc. C’est top.

Quand pouvez-vous diversifier ?

On peut commencer avec des céréales le soir. On peut : ce n’est pas obligé ! Tous les pays ne fonctionnent pas de la même manière en matière de diversification alimentaire. Si on allaite on peut mettre les céréales avec son lait tiré et on fait une bouillie. Si c’est au biberon, on va mettre les céréales dans le biberon. Mais ne croyez pas que les céréales vont aider à faire dormir votre bébé plus tôt et plus surtout. L’introduction des céréales ne bouleverse pas grand chose, car le sommeil dépend d’autres facteurs, cela peut aider une infime partie des bébés, mais ce n’est pas une vérité pour tout le monde. Après il est tout à fait possible que cela puisse aider en début de soirée de manière un peu temporaire.

Pour l’introduction des aliments

On va être sur le midi car l‘introduction de la diversification le midi va permettre d’anticiper une éventuelle intolérance, ou digestion compliquée. Cela aide le parent à être alerte si le bébé vit un inconfort. Et dans l’horloge biologique interne de l’enfant cela aide pas mal. Pourquoi ? Car son rythme ressemble à celui de l’enfant. Il commence à se caler. On commence peu à peu à adapter son rythme physiologique pour aider dans la mise en forme de rituels et pour prévenir l’adaptation digestive et celle du transit de votre bébé. Car oui, votre bébé va devoir s’adapter, et surtout éliminer. Ce n’est pas la même chose quand il boit du lait. Les aliments sont plus longs à éliminer. Il faut faire un peu plus de tri à l’intérieur.

On prend son temps avec la diversification alimentaire

Notre emploi du temps est souvent bien rempli et quand vous êtes avec votre bébé, il faut être attentif. Il faut débuter la diversification alimentaire quand on est disponible . Il faut avoir une attention portée à votre bébé avec son partenaire de vie. On fait cela quand la semaine se termine, le samedi, le dimanche, et surtout c’est au parent de débuter, au moins les premiers jours pour ne pas se sentir coupable, c’est pas grave si on laisse la semaine se dérouler, et si on fait cela le week-end, et que cela dure un peu. On anticipe quand même déjà bien de cette manière, et tout cela va faire être gagnant pour vous, c’est moins de stress, d’angoisse.

On débute par quoi ?

A l’époque on avait un tableau, mais actuellement une tendance se développe : celle de laisser le tableau mois par mois et manger de tout dès le début de la diversification alimentaire. Mais il reste quand même sage de débuter par des choses douces. Il ne faut pas perturber votre bébé avec plein de goûts en même temps. On donne un légume, puis un autre, on teste pour voir si il aime. De même tout introduire en même temps est peut-être un peu brusque pour le corps d’un enfant ? Certains aliments peuvent entrainer une agitation, peuvent ne pas être bien tolérés, digérés. C’est quand même nouveau pour un bébé tous ces aliments.

Que faire ?

Débutez avec des légumes doux : carotte, patate douce, panais, courge, le moins allergène possible. Mais surtout écoutez votre enfant. Regardez ses réactions.

Et si dans la famille vous avez des soucis d’allergie, on va retarder l’introduction de certaines aliments surtout si un parent est poly allergène, pour éviter des allergies plus ou moins graves surtout chez un enfant de 3 mois, ce n’est pas la même chose que gérer cela chez un enfant de 4 ans.

A ne pas rater

Sainesstylées et traçables fabriquées en France
en toute transparence. Nouveaux imprimés disponibles !
Abonnement 100% flexible et personnalisable. 

Related Articles

Responses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas rater

Sainesstylées et traçables fabriquées en France
en toute transparence. Nouveaux imprimés disponibles !
Abonnement 100% flexible et personnalisable.