Virée shopping avec un enfant : le truc à ne surtout pas faire !

Virée shopping avec un enfant : le truc à ne surtout pas faire !

Vous sentez l’orage qui ne va pas tarder à gronder rien qu’en regardant votre enfant les yeux plein de mécontentement. Vous avez dit non au paquet de bonbons qui lui pend au nez dans le rayon. Mais lui, n’avait pas envisagé ce type de réponse… Non, une fois, 2 fois, 3 fois, 4… c’est la crise. Vous sentez soudain tout le poids des regards qui se tournent vers vous, et l’envie pressante de vous cacher dans un trou de souris. Céder ou ne pas céder ? Telle est la question…

Ne pas céder : surtout pas !

En effet, selon Elizabeth O’Shea, coach parentale d’origine britannique, et experte en comportement des enfants, il ne faut surtout pas céder. Mais voici ce que vous vous dites sûrement : “C’est bien beau de me dire cela. De me dire de ne pas céder à mon enfant. Mais ce n’est pas vous qui vous tenez tout près d’un être dénué de toute timidité devant cette foule. Mon enfant est capable de crier plus fort encore pour obtenir gain de cause” .  

La bonne manière de faire selon elle pour enrayer la crise ? Dire à votre enfant : “Quel dommage, tu aurais pu l’avoir mais vu que tu as fait une colère, tu ne peux pas l’avoir. Ce n’est pas comme cela qu’on obtient ce que l’on veut”. Car craquer et acheter l’objet convoité pour arrêter les cris ne servira à rien. Craquer c’est en effet selon cette coach, nourrir les colères futures d’un enfant et avoir le droit à une nouvelle crise la prochaine fois. Et cela, on n’en a pas envie…. du tout. Dire “ok je te l’achète” c’est faire croire à son enfant qu’il a le droit de se comporter de cette manière pour obtenir ce qu’il désire. Hors ce n’est pas ainsi que l’on obtient ce que l’on veut. 

Zen soyons zen

Le plus compliqué dans ce type de situation c’est de conserver son calme devant un visage enfantin épris de colère. Alors pour éviter de se retrouver au milieu de ce vacarme, pourquoi ne pas au préalable préparer cette sortie avec votre enfant ? 

On évite donc : 

  • De faire les courses quand la journée se termine. Vous risquez de devoir gérer un enfant fatigué qui va sûrement avoir envie de décharger les tensions accumulées dans la journée. Résultat : pleurs, crise, colère, caprices risquent se semer la panique et d’entraver cette sortie. 

On préfère : 

  • Se rendre aux courses avec un enfant en forme, après un bon petit déjeuner, ou après une sieste. Il sera plus réceptif à vos consignes avant d’entrer dans le magasin. Et il sera plus enclin à respecter les indications si vous devez les lui rappeler. 

On prépare ce périple

On prend un instant au calme pour l’avertir que l’on va sortir ensemble acheter plein de bonnes choses pour la maison et que vous avez besoin de toute son attention pour vous épauler dans cette tache. Qu’il va falloir rester bien concentrer sur ce que l’on va faire, et rester près du chariot. Avant d’entrer dans ledit magasin, vous pouvez d’ailleurs lui faire une piqûre de rappel :

  • Que dois-tu faire une fois dans le magasin ?
  • Et si on passe près des bonbons, tu te rappelles la règle ? En effet, nous n’achetons pas de bonbons.

Devancez le souci c’est avoir plus de chance de l’éviter. 

Et si crise il y a quand même ?

On est calme. Cela peut paraître compliqué à conserver mais il va le falloir. Et sachez que si il ne faut pas céder, il ne faut pas partir pour autant. L’enfant doit comprendre que vous êtes présent pour lui. Soyez empathique, et restez près de lui. Mettez-vous à sa hauteur pour lui dire combien vous le comprenez : “Je comprends ta frustration de ne pas avoir de bonbons aujourd’hui” . L’objectif est de lui faire comprendre que vous le comprenez mais qu’il n’aura pas les bonbons, que les courses continuent. Votre voix doit être calme mais ferme.

Et puis si vous le sentez réceptif, tentez de détourner son attention. Proposez-lui de vous aider à faire les courses. Confiez lui des responsabilités, comme porter des légumes, choisir avec vous certains aliments pour le diner… Le diner de ce soir que vous désirez préparer avec lui… Vous allez voir, la crise des bonbons ne sera plus qu’un lointain et banal mini souvenir…

A ne pas rater

Sainesstylées et traçables fabriquées en France
en toute transparence. Nouveaux imprimés disponibles !
Abonnement 100% flexible et personnalisable. 

Articles liés

Responses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A ne pas rater

Sainesstylées et traçables fabriquées en France
en toute transparence. Nouveaux imprimés disponibles !
Abonnement 100% flexible et personnalisable.